La Marque

 

L’ART de BIEN FAIRE.

 

 

Si l’on mettait dans un shaker un peu du fort caractère basque, des paysages sans limites de l’intérieur de l’état de Sao Paul, l’esprit commercial des catalans, une bonne pincée de  la créativité méditerranéenne et  comme touche finale le raffinement et la culture de France, le résultat que vous obtiendrez sera Mariane Henrique.

Brésilienne de naissance, catalane d’adoption et française par les liens du mariage. Ses ancêtres basques émigrèrent au Brésil, où est née Mariane, à Sao José Do Rio Preto. Cette ville située dans le centre de l’état de Sao Paulo, se caractérise par la priorité donnée à la culture et à l’environnement, ce qui fut le bagage d’enfance de Mariane Henrique.

En 1982, Mariane émigra à Barcelone, ville alors en pleine ascension, juste avant qu’elle ne devienne la ville branchée qu’elle est aujourd’hui. Là-bas elle a découvert aussi la méditerranée, Minorque, Cadaques… Et ce fut là-bas, qu’absorbée par l’ambiance culturelle qui l’entourait, elle commença à développer sa veine créative. Comme tout bon bélier, elle aime être pionnière; ce qu’elle n’as pas manqué d’être, pas moins qu’aujourd’hui.

Ses idées sont toujours originales et osées. En décoration d’intérieur, elle confectionnait des meubles hors du commun pour ses projets toujours plus fous et divers les uns des autres. Des chambres d’enfant féeriques, des meubles avec des ailes… Et toujours avec une parfaite et précise combinaison de couleurs. Le succès fut alors immédiat.

Mais Mariane n’est pas du genre à se reposer sur ses lauriers, elle est désinvolte et innovatrice. Quand pour des raisons familiales elle déménagea à Paris, elle senti la nécessité de s’impliquer dans la mode. Comment ne pas ? Dans la capitale Européenne de la mode, Mariane à trouvé l’inspiration qu’elle cherchait et c’est comme cela que peu à peu, sa première collection SaKoloKo a vu le jour.

Ce sont des sacs différents, avec des design spéciaux, élaborés de manière artisanale en Espagne et au Portugal, avec des matériaux européens de première qualité ; car l’un des objectifs de cette artiste est de faire en sorte que chaque femme qui porte ses modèles se

sente unique.

De nouveau le succès frappe à sa porte. Pourquoi ?

La raison est assez simple, quand une artiste profite pendant qu’elle crée, le travail se transforme en plaisir, et c’est de ce même plaisir que découle l’art.

 

par Carmina Villaseca